Il y avait autrefois à Cepoy plusieurs moulins ce qui témoigne d’une activité économique importante.

Le moulin de Montenon

Il se situait sur le canal et a aujourd’hui disparu. Ce moulin faisait partie du fief de Montenon et dépendait de la justice de Châlette.

Le moulin Rouge

Il était situé au hameau de Montigny et a disparu quand a été percé le canal. On peut encore voir les ruines de la maison du meunier située à la sortie du hameau de Montigny.

Ruines de la maison du meunier

Le moulin de l’écluse

Le moulin de Cepoy résulte de la réunion de deux moulins : le Vieux-Moulin et le Moulin- Neuf autrefois séparés. Le Vieux-Moulin était plus ancien, apparaissant dans le patrimoine du duc d’Orléans Louis-Philippe-Joseph à la fin du XVIIIe siècle. Saisi comme Bien national à la Révolution, il fut acquis en l’an V (1797) par Maurice François, entrepreneur de routes originaire de Cepoy. Un quart du moulin étant la propriété de Louis François Vié, cultivateur et meunier.

Par achats successifs et échanges, Louis-François Vié resta bientôt l’unique propriétaire du moulin, y entreprenant divers travaux. A une date inconnue, il fit bâtir sur la rive droite du Loing un second moulin, appelé le Moulin-Neuf.

Propriété de la famille Vié pendant la seconde moitié du XIXe siècle, le Moulin-Neuf fut mis vente en 1904 et acquis par Firmin Renault qui le céda en 1921 à Louis Blain. Après la faillite de ce dernier, le moulin fut adjugé en 1926 à Louis Carrouée, qui acquit également en 1937 le Vieux-Moulin. Propriétaire des deux moulins, Louis Carrouée fit détruire les deux anciens bâtiments des roues qu’il remplaça par un grand corps de bâtiment central enjambant le Loing. Le Vieux-Moulin et le Moulin-Neuf formèrent désormais un seul et même moulin ayant la particularité de posséder deux roues à aubes verticales en bois accolées et un double système de rouet de fosses.

L’utilisation du moulin (Moulin Neuf) a cessé progressivement au cours des années 2000/2003 pour laisser la place à un système technique modernisé excluant les roues pour la force motrice. Cette nouvelle pratique de meunerie a également conduit à un changement de site qui se trouve néanmoins toujours à la même adresse.